Un si beau Noël...

Publié le par Stéphanie

Je ne sais pas pourquoi je repense à ça maintenant... sans doute parceque j'ai, il y a peu, laissé un commentaire sur un très bon blog, celui de Nadia-vraie.

Son article traitait d'une chef-infirmière qui avait accepté de soigner, toucher et apaiser un homme en detresse, un SDF.
Et que comme à chaque fois que je reviens sur ce sujet, j'ai des dizaines... que dis-je... des centaines d'anecdotes, d'histoires, drôles ou non, mais toujours tellement humaines et sincères, qui me reviennent en souvenirs.
Décidément, le Samu Social me manque à un point que assez inimaginable ! Mais il fallait bien le lâcher pour venir en Suisse... enfin, je ne vais pas rester trop longtemps là-dessus, sinon je sens venir cette sorte de nostalgie, de tristesse, qui me prends à chaque fois que je pense aux gens que j'ai laissé, que je ne vois plus... Ces gens que beaucoup oublie et qui ont tant à donner, tant à raconter...
Ces gens dont j'aimerais tant vous parler, dont j'aimerais tant faire comprendre à chacun qu'ils sont comme nous, comme tout le monde... juste un peu plus malchanceux.
D'ailleurs, je vais essayer de mettre de temps en temps des billets sur mon vécu au samu social... De vous expliquer ainsi ce que c'est que la vie dans la rue... sans cliché. Mais avant, je vais demander leur accord aux gens.

Et ce soir, j'ai envie de raconter un Noël particulier, mais tellement chouette... Etrangement, sans doute le plus dur et le plus beau que j'ai vécu.

Ce Noël était celui de l'année 2004... Ca semble si proche pourtant ! 
Cette année là, le réveillon de Noël tombait un vendredi, et le vendredi, c'était samu social ! Réveillon de Noël ou pas : nous voulions être sur le terrain, nous ne pouvions laissé tomber les personnes qui comptaient sur nous, surtout en ce jour si particulier !
Je dois bien avouer que ma maman avait eu de la peine de me voir préférer passer Noël dans le camion du Samu Social qu'à table avec toute la famille... Je la comprends, mais je sais qu'elle aussi avait compris pourquoi ce choix, et je sais qu'elle ne m'en a pas voulu, je l'espère du moins.

Pour ce jour si particulier, nous avions préparer notre tournée avec soin, acheter du Champagne à distribuer, reçu des dons extraordinaires à offrir (telle cette mamy qui, chaque année, prépare des centaines de biscuits pour les gens dehors, ou cette autre qui nous tricote des écharpes ou des chaussettes...)
Nous avions prévu, comme chaque année, un petit cadeau pour chacun : chaussettes chaudes (mine de rien, c'est pas si simple a trouver !), un beau pull, des gateaux, un paquet de cigarettes (et je suis farouchement anti-tabac... mais dans la rue, c'est un luxe que d'avoir des cigarettes ! et beaucoup sont fumeurs...)

Nous nous attendions à une tournée dure, très dure... Elle le fut.

Que dire à cet homme en larmes qui pensait à sa fille, qui aurait aimé être là pour elle et qu'il n'avait pas vu depuis tant d'années ? Que répondre à certains silences ? Nous étions bien impuissants... et ce malgré toute notre bonne volonté : les fêtes, c'est ce qu'il y a de plus dur quand on est dehors et seul...

Mais que de bons moments aussi en cette veille de fête ! Quelle émotions face à un monsieur présentant des larmes dans les yeux, regardant sa flute de Champagne, la humant, n'osant tremper ses lèvres dedans...
"Ca fait 15 ans que je n'en ai pas bu... " dit-il ému.
Que de pudeur devant ces cadeaux non ouverts... au début, nous ne comprenons pas : nous pensions faire plaisir.
La réponse vient d'un ancien que nous côtoyons depuis longtemps : " je l'ouvrirais seul... ça fais tellement longtemps que j'en ai pas eu de cadeau... j'voudrais pas pleurer !"

Arrivés sous un pont : nous sommes attendus. Le sapin de Noël est monté et décoré avec les moyens du bord. Dessous, une magnifique lettre qui nous est adressée. Nous avons les larmes aux yeux.
Plus loin, une table en carton est dressée : là aussi nous sommes attendus ! Dessus, des bouteilles et de la mousse de canard... C'est pour nous tout ça ! Ils ont fait la manche toute la journée pour nous offrir ça...
Emotion... nous tentons de plaisanter pour cacher notre trouble.

Et finalement, même si cette nuit de réveillon fut interminable, elle fut tellement riche que jamais je ne l'oublierais ! Sans doute un des meilleurs et plus beau Noël que je n'ai jamais passé... Le plus dur aussi.

Mais tant de chaleur était présente dans le froid de la nuit... Et je ne cesse de le redire : merci !
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

la mouette 06/02/2008 23:42

coucouje suis une vieille mouette , qui parle à tout le monde et bien souvent les gens de la rue sont plus riche , mais dans leur coeur , si ils sont là c'est  de la faute à pas de chance.bonne nuit

Moa 04/02/2008 11:06

Kikou Stéphanie  ;-)Comme je suis heureux en te lisant  que tu fasses partie de la communauté "vos blogs en parler".Ce sera certainement l'un des plus beaux noëls que tu auras passé, malgré les contraintes, te rappelant qu'en chaque individu, au delà de son aspect physique et de sa condition, il y a un esprit qui trop souvent a été ou est meurtri par la vie.Merci pour cette article.Je t'embrasse!

iris 04/02/2008 00:33

bonsoir, j'ai suivi l'idée de Nadia et ne le regrette pas!! quelle magnifique histoire !!! et quel bel exemple ! que bcp devrait suivre au ieu de se lamenter sur leurs miséres de nantis bisous a bientot / Iris

brigitte 03/02/2008 23:43

Pense à ce que tu as été auparavant; sois fier de ce que tu es aujourd'hui et ne doute pas de ce que tu seras demain. 

Madame Yoyo 03/02/2008 23:42

Merci pour cet article